Hommage à Jean Giudicelli

Le 5 mars 2021 disparaissait le professeur des universités Jean Giudicelli.

Si notre intention n’est pas de faire une bibliographie complète de l’œuvre scientifique de Jean Giudicelli, nous voulons faire ressortir pour nous les grands moments de sa carrière.

Son travail de recherche avait débuté par une thèse d’état soutenue en 1968 intitulée : recherches sur le peuplement, l’écologie et la biogéographie d’un réseau hydrographique de corse centrale. Tout au long de 487 pages, largement illustrées par de magnifiques dessins originaux, il décrit de nombreuses nouvelles espèces pour la science, précise leur écologie constituant ainsi une monographie complète des invertébrés aquatiques du Tavignano et de son affluent la Restonica.

Devenu directeur du laboratoire de biologie animale-écologie de la faculté des sciences de St-Jérôme à Marseille, il dirigea de nombreuses thèses, formant un grand nombre de chercheurs français et étrangers principalement originaires du bassin méditerranéen. Auteur de multiple publications scientifiques sur les cours d’eau méditerranéens, analysant en profondeur leur fonctionnement, décrivant de nombreuses nouvelles espèces, il devient rapidement « la référence mondiale » sur ces cours d’eau. Il est difficile de ressortir quelques-unes de ses publications, mais je prendrai le risque de citer :

  • L’analyse de l’endémisme dans la faune des eaux courantes de corse paru en 1975 pour l’exceptionnel travail de synthèse et la qualité de l’écriture, une autre des qualités de Jean Giudicelli
  • Etude hydrobiologique d’une rivière de la région méditerranéenne l’Argens (var). Habitats, hydrochimie, distribution de la faune benthique paru en 1980. Cette publication fait suite à un énorme travail de trois thèses réalisées sur ce cours d’eau sous sa direction. La publication est co-signée par Aref Dia d’origine libanaise et actuel doyen de la faculté de pharmacie libanaise, un des trois thésards et par Pierre Légier auteur d’une thèse remarquable sur les cours d’eau temporaires. Le travail de synthèse réalisé dans la publication met en évidence l’extraordinaire originalité de ce cours d’eau, sa richesse faunistique. Trente ans après, à la Maison Régionale de l’Eau, nous avons repris ce travail et pendant deux ans nous avons mis nos pas dans les pas de Jean Giudicelli, inventoriant la faune aquatique, analysant l’évolution des peuplements d’invertébrés benthiques.
  •  Enfin sa dernière publication : Les cours d’eau méditerranéens à régime de soutien karstique, spécificités écologiques et hydrobiologiques paru en 2010. Je cite cette publication pour l’originalité de ces milieux où des apports d’eau froide permettent le développement d’espèces de torrents alpins en pleine zone méditerranéenne, pour la qualité synthétique du travail, mais aussi parce que j’ai eu le plaisir de co-signer avec lui, sa dernière publication, ce qui a été pour moi, une très grande fierté.

Pour nous à la Maison régionale de l’eau, Jean Giudicelli c’est cet immense chercheur qui le premier a cru à ce projet utopique de Maison de l’eau. Il a été à mes côtés avec Jean-Claude Chaix, dès le début du projet pour le soutenir de tout son poids scientifique, apportant une aide décisive pour sa réalisation. Sans Jean Giudicelli pas de Maison de l’eau c’est une certitude. Après avoir été Vice-Président de 1992 à 1997 et Président de son Conseil scientifique, Jean a occupé la fonction de Président de la Maison régionale de l’eau durant huit ans. Il a participé activement à l’essor de notre association et au développement de notre Conseil scientifique. Il est le formateur de toute l’hydrobiologie à la Maison régionale de l’eau, faisant de notre structure une référence en la matière.

Notre bibliothèque reste remplie de sa thèse, ses publications et articles scientifiques, de ses croquis et dessins, qui ont fait progresser la connaissance sur les invertébrés aquatiques et les rivières méditerranéennes.

S’il était un orateur hors pair (quel plaisir de l’entendre en conférence), c’est au bord d’une rivière qu’il prenait toute sa dimension. Faire une mission sur le terrain avec lui c’était se nourrir à une source inépuisable de connaissances, connaissances qu’il nous transmettait avec une clarté exceptionnelle, avec une passion communicante. Grâce à lui nous avons pu bénéficier aussi de son réseau scientifique. C’est ainsi que nous avons eu l’honneur de recevoir l’immense Lazare Botosaneanu, co-auteur avec Illiés de la zonation écologique des eaux courantes (1963). Avoir L. Botosaneanu à la Maison régionale de l’eau, faire des missions sur le terrain, que de moments exceptionnels pour nous, quel enrichissement scientifique !

Lors de ces missions nous avions droit, à la pause déjeuner, à de multiples anecdotes sur les nombreuses missions qu’il avait fait sur le continent africain. A ces moments-là, Jean Giudicelli, tel un conteur savait les raconter avec une truculence qui contrastait avec le Jean Giudicelli sérieux et impressionnant de tous les jours. Dans ces moments-là, on pouvait aussi profiter de la grande culture littéraire de Jean Giudicelli, il nous faisait profiter de ses lectures, ponctuait l’actualité de citations des plus grands auteurs qui s’avéraient toujours d’une grande pertinence. En ce 5 mars 2021 nous avons perdu beaucoup, il restera non seulement celui qui a permis l’existence de notre structure mais aussi un maitre pour notre travail, un homme bien qui va nous manquer.

Nos pensées vont vers sa femme, Simone, et sa fille Maya.

Pour la Maison Régionale de l’Eau, Georges Olivari.

 

Les commentaires sont clos.